• La lettre du président

    Publié le par dans Non classé | Aucun commentaire |

    En 2011 est née notre association.Cette naissance est le fruit d’une mûre réflexion et d’un constat avéré sur l’état actuel des disparités en matière technologique dans le monde.
    Si il est évidemment admis que l’évolution, comme le développement social est en étroite liaison avec les avancées technologiques; alors toutes actions et toutes activités sociales concourent à la vulgarisation de celle-ci.

     

    L’A.R.F.Tec (Association pour la Réduction de la Fracture Technologique) doit son existence à cet état de fait.
    En effet, si la mondialisation a facilité les échanges et réduit les distances en terme de systèmes d’informations ; elle a aussi fait apparaître des contrastes très importants de disparités technologiques au niveau planétaire. Les inégalités entre les Pays développés et pays en voie de développement est un exemple. Il existe malheureusement encore aujourd’hui des insuffisances chez les uns et de l’abondance chez les autres. On pourra toutefois constater ces inégalités technologiques au sein d’un même Continent, d’un même Pays, d’une même Région, d’une même Collectivité…

     

    Les différentes révolutions dans le processus de l’ innovation et de la prouesse technologique ont favorisé le développement socioculturel de l’homme dans une société en perpétuelle mutation. Ces révolutions ont toujours été accompagnées par la faculté de l’homme à maitriser son environnement. Celle du néolithique avait permis à l’homme de maîtriser certaines forces biologiques pour son alimentation (techniques de l’agriculture et de l’élevage).

     

    Les révolutions industrielles ont permis aussi le développement de nouvelles technologies, incomparables à celles utilisées auparavant. Ces forces ont provoqué des progrès en chaine dans tous les domaines : économiques, politiques, sociales, culturels et environnementales.
    Dans cette course frénétique au développement, il est déplorable de constater l’amplification des inégalités sociales qui subsistent entre les pays, les villes et les foyers. Un paysan, un ouvrier ou même les populations des favelas, des Townships, n’auront pas d’accès aux mêmes avantages technologiques que les habitants des grandes métropoles.

     

    L’A.R.F.Tec trouve sa raison d’être dans cette lutte qui est de réduire la fracture entre ceux qui bénéficient des avantages de nouvelles technologies et ceux qui en sont dépourvu. L’association se doit d’être le rempart afin de promouvoir et d’encourager l’utilisation du numérique partout où le besoin se fait sentir.
    Notre préoccupation première est d’associer le développement à l’environnement car les technologies dites « vertes » ont l’avantage d’être non polluantes.
    Nos actions n’ont pas pour vocation de se cantonner sur un secteur en particulier. Elles doivent se construire autour d’une dynamique afin de faire profiter de nombreuses personnes dépourvues de moyens technologiques.

     

    L’association se doit aussi de respecter cette ligne directrice qui est le développement durable à travers le recyclage écologique.
    Les donations ne doivent pas devenir un fardeau pour les uns (Pays sous-développés : accumulation de matériel obsolète sans aucune technologie de recyclage) et acquis de bonne conscience pour les autres (entreprise : donation de matériel obsolète).

     

    Je suis enthousiaste à l’idée que notre action contribuera à l’amélioration du quotidien des hommes et des femmes désireux d’accéder aux Systèmes d’Informations. Je suis fier de partager avec vous cette envie généreuse de créer un environnement propice à l’épanouissement individuel et collectif.
    Merci pour l’intérêt que vous porterez à notre action.

    le Président
    Patrick M’BOMO IBARA